Isabelle Clement, Peintre
Présentation
Galeries
Contact
 
Rencontre avec Claude Cailleau

Un art abstrait qui parle aux poètes...

Le poète Claude Cailleau a découvert dans la revue Littérales une reproduction d'une création d'Isabelle Clement. L'écriture du poème, que nous donnons ici avec son aimable autorisation, s'est alors imposée, écrit-il, comme une nécessité.

Sortilège du tableau

A Patrice et Anélia

Elle est debout dans le sous-bois lasse d'errer dans l'heure
On ne voit que ses pieds Elle a marché longtemps
Ne sait plus où ni quand invisible et présente
la forêt la pointille la protège anonyme l'ignore
Cache menue la silhouette flottant dans le feuillage
L'automne grésille entre les troncs Un peu d'orage encore
gronde dans les sommets flotte coulant en baves violettes
sur les fûts minces des arbres raides comme des mensonges
exsangues fines lames pointantes vers le ciel
dans l'automne qui saigne On oublierait cachée
dans l'amont de l'histoire indécise peut-être apeurée
de n'être plus qu'une robe des jambes lourdes ayant marché
la sombre jeune fille pétrifiée dans l'obscur
Elle inexiste là présente absente en sabots d'invalide
Tout le reste ayant fui dans l'automne saignant
on oublierait les heures agenouillées d'un matin bleu de ciel
qui émerge du Temps Un temps pour une fois sur la toile figé
Le regard qui rôdait dans le sous-bois s'éloigne
fuit l'échappée de soleil oubliée dans les lointains du ciel

(Tentative de décryptage du tableau « sans titre » de Isabelle Clément, page 83 de Littérales n° 9)
Sablé le 15 septembre 2012, Claude Cailleau





 Cliquez sur la frise pour accéder aux oeuvres.